lundi 20 juin 2011

Peut-on être artiste sans être artisan ? (introduction et plan)



 
1) Amener le sujet
- L’opinion commune (doxa) : Pour être artiste il faut « avoir du talent », il faut « être doué ». Ce n’est pas comme l’artisan qui doit « s’y » connaître » dans son  métier…
- Remarque : Pourtant l’artiste et l’artisan ont en commun la production d’une œuvre, ou d’un ouvrage, et dans les deux cas cela nécessite une technique, des procédés et des règles.
- Alors : Peut-on être artiste sans être artisan ?

2) Analyser le sujet et poser le problème
- Artiste : Celui qui réalise une œuvre picturale, musicale ou autre, dans tous les cas une représentation valant pour ses aspects expressifs, symboliques et esthétiques (beauté). L’artiste crée librement en suivant son « inspiration ».
- Artisan : Celui qui réalise un ouvrage matériel utile ou décoratif, en appliquant des règles traditionnelles pré-définies mais en y ajoutant sa « touche personnelle » (un style). Le raffinement, l’originalité ou la perfection sont les valeurs généralement attribuées à ce type de production.
- Or : Les deux activités possèdent une racine commune, c’est l’art de faire au sens ancien, la techné grecque. On nous demande donc si l’art au sens de création libre peut se passer de toute technique artisanale et de toute règle. La création est-elle oui ou non un travail ? L’artiste peut-il faire n’importe quoi n’importe comment ?

3) Annoncer le plan
- Thèse 1 : L’artiste n’est pas un artisan, il est libre.
L’art est « une création par liberté » (Kant) et le règne de l’imagination.
L’artisan au contraire et un travailleur, un ouvrier au sens noble du terme, il a une fonction sociale précise (l’artiste non).
- Thèse 2 (objection) : l’artiste est aussi, sous certains aspects, un artisan (et réciproquement
La création artistique n’est pas le fruit d’une imagination pure et gratuite : l’artiste transforme concrètement un matériau, cela nécessite un apprentissage et une maîtrise. Le « génie » applique des règles mais il ne le fait pas consciemment.
L’artisan lui-même est un artiste, « par éclairs », quand il découvre de nouvelles manières de faire. De plus la beauté fait toujours partie de ses objectifs.
- Thèse 3 (dépassement, solution) : l’artiste a été autrefois, mais il n’est plus vraiment un artisan, les différences l’emportent.
L’art a évolué : l’art contemporain a bubverti les règles classiques de la création (harmonies, proportion, etc.) et les canons de la beauté (CF. Malraux sur l’art moderne). Le ready-made (Duchamp) a encore accentué la prise de liberté des artstes.
La technique elle-même a évolué : nous sommes passés de l’artisanat individuel à la technologie industrielle.
Conclusion : l’application des règles n’est pas ou n’est plus la caractéristique de l’art. L’art veut conquérir sa liberté (dans la forme comme dans le contenu), c’est pourquoi il est aujourd’hui possible d’être artiste sans être un artisan. On peut malgré tout se demander si l’art ne risque pas de devenir totalement inutile ?