dimanche 9 octobre 2011

TD sur la Technique

Séries technologiques

I - La main, un outil polyvalent ?

clip_image001
"Anaxagore prétend que c'est parce qu'il a des mains que l'homme est le plus intelligent des animaux. Ce qui est rationnel, plutôt, c'est de dire qu'il a des mains parce qu'il est le plus intelligent. (…) En effet, l'être le plus intelligent est celui qui est capable de bien utiliser le plus grand nombre d'outils : or, la main semble bien être non pas un outil, mais plusieurs. Car elle est pour ainsi dire un outil qui tient lieu des autres. C'est donc à l'être capable d'acquérir le plus grand nombre de techniques que la nature a donné l'outil de loin le plus utile, la main. Aussi, ceux qui disent que l'homme n'est pas bien constitué et qu'il est le moins bien partagé des animaux (parce que, dit-on, il est sans chaussures, il est nu et il n'a pas d'armes pour combattre) sont dans l'erreur. Car les autres animaux n'ont chacun qu'un seul moyen de défense et il ne leur est pas possible de le changer pour faire n'importe quoi d'autre, et ne doivent jamais déposer l'armure qu'ils ont autour de leur corps ni changer l'arme qu'ils ont reçue en partage. L'homme, au contraire, possède de nombreux moyens de défense, et il lui est toujours loisible d'en changer et même d'avoir l'arme qu'il veut et quand il le veut. Car la main devient griffe, serre, corne, ou lance, ou épée, ou toute autre arme ou outil. Elle peut-être tout cela, parce qu'elle est capable de tout saisir et de tout tenir. La forme même que la nature a imaginée pour la main est adaptée à cette fonction.". (Aristote)
1) Concernant le rapport de causalité entre intelligence/main, qui a raison : Anaxagore ou Aristote ?
2) La main est-elle réellement un "outil" ? Quel est le rapport exact de la main avec l'outil ?
3) La main a-t-elle seulement une fonction utilitaire ?


II - Karl Marx (1844) et Charlie Chaplin (1936)

" Or, en quoi consiste la dépossession du travail ? D'abord, dans le fait que le travail est extérieur à l'ouvrier, c'est-à-dire qu'il n'appartient pas à son être ; que, dans son travail, l'ouvrier ne s'affirme pas, mais se nie ; qu'il ne s'y sent pas satisfait, mais malheureux ; qu'il n'y déploie pas une libre énergie physique et intellectuelle, mais mortifie son corps et ruine son esprit. C'est pourquoi l'ouvrier n'a le sentiment d'être à soi qu'en dehors du travail ; dans le travail, il se sent extérieur à soi-même. Il est lui quand il ne travaille pas et, quand il travaille, il n'est pas lui. Son travail n'est pas volontaire, mais contraint. Travail forcé, il n'est pas la satisfaction d'un besoin, mais seulement un moyen de satisfaire des besoins en dehors du travail. La nature aliénée du travail apparaît nettement dans le fait que, dès qu'il n'existe pas de contrainte physique ou autre, on fuit le travail comme la peste. Le travail aliéné, le travail dans lequel l'homme se dépossède, est sacrifice de soi, mortification. Enfin, l'ouvrier ressent la nature extérieure du travail par le fait qu'il n'est pas son bien propre, mais celui d'un autre, qu'il ne lui appartient pas; que dans le travail l'ouvrier ne s'appartient pas à lui-même, mais à un autre. " (Karl Marx)

clip_image003

Image extraite du film "Les Temps modernes"

1) Le travail est-il le propre de l'homme ? Est-il nécessaire de travailler ? (hors-texte)
2) Que signifie la "dépossession du travail" dans le texte ? Quelle en est la cause ? En quoi les conditions même de la production, à l'époque du machinisme, sont-elles impliquées ?
3) La notion de "travail aliéné" s'applique-t-elle à toute forme de travail ? Comparez, par exemple, le travail de d'artisan avec le travail de l'ouvrier en usine.

III - Des machines et des hommes

" La culture se conduit envers l'objet technique comme l'homme envers l'étranger quand il se laisse emporter par la xénophobie primitive. Le misonéisme [rejet de toute innovation] orienté contre les machines n'est pas tant haine du nouveau que refus de la réalité étrangère. Or, cet être étranger est encore humain, et la culture complète est ce qui permet de découvrir l'étranger comme humain. De même, la machine est l'étrangère ; c'est l'étrangère en laquelle est enfermé de l'humain, méconnu, matérialisé, asservi, mais restant pourtant de l'humain. La plus forte cause d'aliénation dans le monde contemporain réside dans cette méconnaissance de la machine, qui n'est pas une aliénation causée par la machine, mais par la non connaissance de sa nature et de son essence, par son absence du monde des significations, et par son omission dans la table des valeurs et des concepts faisant partie de la culture. " (Gilbert Simondon)
clip_image005
1) En quoi, selon G. Simondon, les machines sont-elles des "étrangers" ? et en quoi ces étrangers sont-ils encore des "humains" ?
2) Une guerre avec les machines, comme dans le film Matrix, pourrait-elle avoir lieu ?
3) Dans Matrix, quels moyens utilisent les machines pour dominer les hommes ?
4) Quelle rôle particulier joue le personnage de l'agent Smith ? Pourquoi déteste-il tant les humains ?

IV - On n'arrête pas le progrès...

clip_image007
Commentez l'image...